Les phrases ou questions qui tuent

Publié le par Cocoweb

Lorsqu'on est parent d'un enfant handicapé on entend de multiples réflexions brutales et bléssantes sans pour autant que cela choque les personnes qui les posent. Nous pardonnons en effet plus facilement de telles phrases dans la bouche des gens simples auxquels, il est vrai, il vaut mieux se taire ou expliquer que dans la bouche de médecins ou haut fonctionnaires qui vous lance ces phrases comme un défi. Eux, ils savent, eux ont une autorité et parfois beaucoup de condescendance envers leurs patients ou administrés. Il est delectable de faire descendre ces personnes de leur piedestal où ils se vautrent et de remettre les pendules à l'heure. Au début, nous n'osions pas puis plus ça vient, plus la cocotte commence à bouillir. Il ne faut jamais garder pour soi ce que l'on a sur le coeur et aller pleurer en cachette, il faut pouvoir se libérer et exploser, leur donner une grande claque (verbale) dans la gueule.
"Tu aimerais pouvoir courir avec tes copains ?" Cette phrase, nous y avons droit tous les ans lors du Téléthon, c'est systématique, cette année, c'était Sophie Davant qui l'a sortie. Bien sûr, il faut émouvoir le bon peuple afin de lui faire cracher la monnaie, mais qu'attend-t-elle comme réponse ?
"Ben non, chuis bien dans mon fauteuil, il est très confortable, merci". Que peut répondre le gamin à part "oui" ?

Voici donc un florilège de ces phrases assassines que l'on entend lorsque l'on est parent, en commençant celles entendues concernant Coline.

"Quel est son espèrance de vie ?"
"Combien de temps il lui reste à vivre ?"
"T'façon ça sert à rien de lui faire une radio des hanches, elle marchera jamais" (Coline avait une double luxation de la hanche et aurait dû être opérée)



 Et maintenant voici des témoignages de parents du groupe polyhandicap :


Salut Denis

Les choses que j'ai pu entendre ne sont pas toujours assassines, mais
elles sont toujours le reflet de la bêtise et de l'ignorance
Je te les ai sûrement déjà toutes dites, mais un petit rappel...

Dire devant Robin : "IL COMPREND QUELQUE CHOSE ?"

Dire devant Robin après le décès de son papa des phrases du style :
"TU PENSES QUE C'EST A CAUSE DE ROBIN ?" (sa soeur a été épargnée,
mais lui, il en a entendu...)

J'en ai marre aussi qu'on me dise devant lui : TU Y ARRIVES AVEC ROBIN
? CA NE DOIT PAS ETRE FACILE POUR TOI. IL DOIT ETRE LOURD A PORTER...

(
c'est vrai qu'il devient lourd, mais ça ne me plait pas qu'on dise
devant lui que c'est un poids pour sa maman, je ne me permets pas ce
genre des remarques devant leurs enfants, pourtant parfois... - alors
je réponds que ça va, que Robin m'aide bien, même si ce n'est pas
toujours vrai !!! ce n'est pas mon fils qui est lourd à porter, mais
son fichu handicap)

L'anesthésiste refuse de donner la dose de calmant supplémentaire
auquel a droit Robin (après opération Nissen)
La raison : "NORMALEMENT UN ENFANT POSE LA MAIN LA OU IL A MAL"
"NORMALEMENT mon fils devrait aussi parler et marcher !"
Il a eu sa dose !

"TU AS DE LA CHANCE DE POUVOIR TE GARER PRES DES ENTREES DES MAGASINS"
(
sic)

Il y en aurait sûrement d'autres...
en fait, le pire, ce sont tous ces gens qui parlent devant nos enfants
en faisant comme s'ils n'étaient pas là


Bises
Nathalie





une autre phrase :
"Vous en avez du courage, moi je n'y arriverai pas ...." merci pour les encouragements

Je suis d'accord avec toi, les gens ont tendance à complètement sous-estimer nos enfants, c'est triste.





il y a les phrases mais aussi les actes surprenant , on se léve pour moi
dans le bus alors que ces ma fille qui est en fauteuil ou j ai méme ue 10
euros par un inconnu !!sa fais trés bizard plus les gens qui la regarde bien
fixement en se retourne comme au cirque,mais se que je détéste le plus ces
la pauvre ,je répond alors que ces la plus joueuse petite fille que je
connaisse et que nous somme pas pauvre.J ai peure qu un jours a force de me
retenire je péte un cable et envois sur les roses le premier venu ce qui ne
me semble pas constructif mais qui soulage sur le moment
.J ai méme eu envie
de distribué un tract a tous ces gens en leur disant gentiment qu un sourir
vaux mieu que la pitée et regader nos enfants comme on regarde tous les
enfants avec amour et respec .Je ne ses plus comment réagire alors ;je leur
souri bétem;entemmanuelle maman de Myriam IMC de 5ans





Bonjour..je suis venue plusieurs fois vous rendre visite et je me décide enfin à vous envoyer ce petit mot. Tout d'abord je voudrais adresser à Nathalie , Célia et Robin toute mon amitié, c'est une bien belle petite famille.Je voulais rebondir sur le message que tu as mis sur le group Denis, mais je ne suis pas certaine que ce soit le lieu, si ca n'a pas sa place ici il te suffira juste de garder mes quelques phrases.
J'ai entendu, lorsque j'ai appris le handicap de Jules: C'est pas grave , vous en avez encore deux autres !!
Une infirmière qui habitait mon village , m'a dit lors de son passage dans la chambre de Jules, ne vous inquiètez pas, je ne le dirais à personne.
Ma
is aussi, dommage qu'il soit en fauteuil , mais il est quand même beau.
O
u alors de la grand mère de mon mari, il y a deux ans de ca, Jules avait alors 7 ans, mais il a ses dents?
E
t ma grand mère maternelle elle: c'est pas grave on l'aimera quand même !!
Le mieux tout de même c'est lorsque l'on me dit:Oh le pauvre !!Ou alors courage !!!
Je suis certaine d'en oublier j'aurais certainement pu ecrire un bouquin !!Allez rions .....
Bises à tous les deux, amitié Isa et sa petite troupe






Bonjour Denis,

Excellente idée ces phrases !!

Alors, dans le genre, j'en ai quelques une :

"Elle comprends ?? On ne dirait pas pourtant..."

"Tu ne crois pas que ça aurait été mieux pour elle qu'ils ne la
réaniment pas à la naissance ?"

"Un enfant handicapé est avec sa maman comme un chien avec son
maître" C'est un kiné qui m'a dit ça il y a quelques années.

"Elle est si belle, c'est vraiment dommage."

Et la pire de toutes pour moi, depuis son départ
"quel soulagement ça doit être pour elle"

I
l y a en d'autres, mais avec les années j'ai certainement du les
oublier.

Bonne journée Denis

Patricia, maman de Fiona





Je crois que ce qui m’horripile le plus c’est 1 l’indifférence et 2 quand
on parle aux personnes en situation de handicap comme si il était des bébés
ou incapable de s’exprimer un exemple je vis en colocation avec une personne
en fauteuil IMC avec toutes ses faculté mentales (BAC+ études supérieures)
donc nous voilà toutes les deux dans un magasin de vêtement pour lui acheter
un pantalon la vendeuse s’adresse à moi pour me demander si cela va lui
plaire et lui aller en taille Frédérique était près de moi et je vous avoue
que personnellement je n’avais rien à voir avec cette histoire de pantalon
sauf le fait d’être avec elle pour l’aider en cas de non aménagement du
magasin ou parce que moi aussi j’avais besoin de quelque chose…. Je dis donc
à la vendeuse mais elle est là elle me regarde et dit oui mais vous
comprenez est ce qu’elle va savoir !!!!!! voilà le genre d’attitude que l’on
rencontre au quotidien et cela fréquemment par contre personne n’aidera à
attraper un produit inaccessible pour elle en haut d’un rayon…

Pour moi ce sont ces choses-là qui font mal Françoise






Est ce qu'on vous la déjà faite celle la :

Avez vous l'intention d'avoir un autre enfant ? il ne faudrait pas
car il risquerait d'être comme celui là (la phrase type d'un super
neurologue pédiatre).

Et celle là : c'est votre subconscient madame qui à détruit le
phoetus !

Elle est pas mal, et Oui, il s'était servi du fait que j'avais eu une
petite fille décédée de la mort subite du nourisson juste avant
Audrey (polyhandicapé

e).

Joyeux Noel à tous les enfants exceptionnels de ce groupe ainsi qu'à
leurs parents.

Laetitia Super maman d'audrey





Bien entendu, cette liste n'est pas exhaustive et il y aura encore bien d'autres témoignages
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Bey 09/01/2009 16:06

A l'âge de 17 ans 1/2 j'ai effectué un stage à l'ADAPEI rue de Blanzat Clermont-Ferrand.Lors d'une de nos sorties au Jardin Lecocq et dans le parc à Jeux à l'arrivée de nos pensionnaires, adultes présentant de multiples handicaps, les "adultes" présents enlevaient un par un leur enfant de dessus les jeux.Ce jour là je suis arrivée à cette conclusion : Les personnes vivant un ou plusieurs handicaps sont, bel et bien plus supérieures à tous ces gens qui se contentent effectivement pour de trop de leur auto-suffissance.Pour mettre occupée d'enfants par la suite je peux assurer que du peu que j'ai donné j'ai reçu au centuple.Merci à eux pour ce passage dans ma vie, ils m'ont appris à grandir et bien plus encore.

Cocoweb 10/01/2009 13:40


Bonjour Sandrine et merci pour tes petits messages.
Oui ces enfants bouleversent nos vies à tout jamais, ils n'ont que de l'amour à donner.
Ils nous donnent une grande leçon de vie et de courage


Patricia 17/12/2008 10:06

Oui il vaut mieux en rire mais parfois on en pleure !
Je me rappelle d'un jour où un taxi m'a engueulée car j'avais mis Fiona avec sa coque moulée sur sa belle banquette en cuir...Sa mercedes était neuve. Il a ralé pendant tout le voyage, j'ai fini par m'énerver. ça s'est mal terminé et arrivée à la maison, j'ai explosé en larmes. Maintenant je me dis "mais qu'a pu penser Fiona de tout ça ?"...

nat 17/12/2008 09:49

Certains jours on essaie d'en rire, mais ce n'est pas toujours possible...

Heureusement il y a aussi des personnes qui nous disent de très belles choses !!!