Une maison adaptée

Publié le par Cocoweb

Lorsque nous avons appris le handicap de Coline, c'est à dire le fait qu'elle ne marcherai jamais, notre maison était en construction. Nous avons donc fait élargir les portes mais la surface restait la même.
Il s'est vite avéré qu'elle était trop petite, un fauteuil ne circulait pas dans la salle à manger, la cuisine, etc.
Il a donc fallut envisager l'agrandissement de notre habitation. Nous avons appris que l'on pouvait bénéficier d'aides pour l'adaptation de notre maison, nous avons donc contacté l'assistante sociale de la sécurité sociale (l'AFM ayant refusé de nous aider sous pretexte que Coline n'était pas myopathe) qui était très sympathique.
Pour situer cette période dans le temps, c'était en 2005, le gouvernement d'alors avait mis en place la journée de solidarité qui été censé avoir été faites pour venir en aide aux vieux et aux estropiés de toute sorte dont Coline faisait partie... Mouahahahahaaaa !!! Nous en rions encore, quel bande de farceurs ces hommes politiques, ils ne s'imaginent même pas à quel point ils sont drôles !
Ma complementaire retraite et notre mutuelle ont participé sans trop de problèmes à hauteur de 1 500 Euros. Restait ensuite les organismes qui en principe sont là pour nous aider, mais bon, c'est très très compliqué, il s'agit d'argent publique, il ne faut surtout pas le distribuer n'importe comment.
Il faut l'avis de l'assistante sociale, elle était déjà passer et il n'y a eu aucun problème, de l'ergotherapeute qui a constaté elle aussi que ce n'était pas possible de circuler en fauteuil et qui se posait même la question s'il ne fallait pas mieux en reconstruire une neuve, et d'un technicien du bâtiment du PACT ARIM qui est resté une demi heure à la maison et qui n'a fait qu'être d'accord avec l'assitante sociale et l'ergo.

Ensuite, ils rendent leur rapport à un organisme qui s'appelle le DIVA (Dispositif Pour la Vie Autonome) qui se réunit en commission et qui décident s'il nous aide ou pas.
Nous scrutions l'arrivée du facteur  car les artisans étaient pressés de commencer et un jour, la lettre tant attendu arriva... Avis négatif... Pas d'aides donc.
Le technicien du batiment du PACT ARIM avait rendu un avis négatif car, selon lui,  il était possible d'aménager dans l'existant.
Le courrier avec l'avis négatif du PACT ARIM était joint au compte rendu de la commission du DIVA, il n'y avait pas un mot sans une faute d'ortographe. Moi aussi je fais quelques fôôôtes d'rthographe, mais je ne suis qu'un petit ouvrier, pas un col blanc habitué à gratter du papier...
La moutarde me monte au nez et je téléphone au DIVA et là je vide mon sac :
"Bonjour Madame, je suis M. Martinache, le papa de Coline, je voudrais savoir ce qui s'est passé ?
-Eh bien comme indiqué dans le courrier, le technicien du PACT ARIM a donné un avis négatif et si un seul avis est négatif, pas de subventions !
-Mais je ne comprend pas, il a émis l'avis inverse de ce qu'il nous avait dit
-Nous ne pouvons rien faire
-Très bien, ecoutez, nous ne pouvons plus attendre, les artisans nous pressent, nous allons commencer les travaux. De toute façon, nous ne nous attendions à rien de votre part, seuls des organismes privés nous ont aidé comme ma mutuelle et ma complementaire santé. On ne nous parle que de cela à la télévision : SOLIDARITE, on a même obligé les français à être solidaire et lorsqu'il s'agit d'avoir 1 Euro d'aide, ce n'est pas possible.
Avez vous  un enfant handicapé Madame ou une personne dependante chez vous ?
-Non Monsieur mais là n'est pas le problème !
-Ben si justement, vous faites des réunions, organisez des commissions sur un sujet que vous ne connaissez pas, que vous ne touchez même pas du doigt, prenez notre place ne serait-ce qu'une journée et vous verrez."

Un blanc s'installe...
La dame génée repris :
"- Ecoutez M. Martinache pourriez vous mettre par écrit tout ce que vous venez de me dire ?
- Le courrier part demain
- Nous allons re-étudier votre dossier en commission "
 Une semaine après nous recevions un avis positif. Heureusement car cela aurait encore fait la une de la presse, nous étions pret à aller jusque là.

Au total, les travaux ont couté dans les 20 000 Euros, nous avons reçu 1500 Euros de la part du DIVA et 1500 de notre complementaire retraite et notre mutuelle.
Nous avons été obligé de construire une chambre pour Valentin, le terrain était trop petit.
Nous n'avions pas les moyens de tout faire faire aux artisans, ils n'ont donc fait que le gros oeuvre et nous nous sommes reservé tout le reste : Electricité, carrelage, placo, plancher, plomberie... c'était du boulot mais au moins ta maison était adaptée ma chérie.


 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Isa 15/12/2008 09:14

Et bien ce n'est pas pour me rassurer!! J'attends de savoir si l'extention va être ok ou pas pour la chambre et la salle de douche de Jules, et j'avoue que les artisants commencent aussi à se demander quand ?
Je crois que je ne suis pas au bout de mes peines !!!
Bises.
Isa

Cocoweb 15/12/2008 16:51


Coucou Isa,
Oui le moins que l'on puisse dire c'est qu'il ne faut pas être préssé avec eux